25 mars 2011

vendredi 22 avril 2011
par  RCR35
popularité : 29%

Une bande des cinq, Jean Pierre – Olivier – Emmanuel – Gabriel – Thierry, réunie in-extremis ce vendredi 25 mars, chez Ramon et Pedro. Pas des Pédro de l'année, des godelureaux d'esprit, d'horizons très variés (nonprof/antrepreneur/preneur de vue/jalonneur/communicant-exfiltré de Roumanie). «Repoussés» dans la salle du fond, comme établi, une pièce conviviale et confidentielle, la table rase, et basse, accueille nos verres montés. Le 11 ce fût : «le monde bruit en bas», le 25 avec des jeunes ingurgitant une paëlla derrière la cloison, c'était : «le monde bruit à coté», la prochaine fois peut être «le monde bruit parmi nous»?

Comment les choses allaient elles s'engager ? :

Je ne me souviens plus comment mais en tout cas c'était bien. Une certaine retenue semblait sourdre de chacun. Je participais assis sur le bout de mon siège jusqu'à ce qu'une question m'incite à prendre le stylo «Qu'est ce qu'agir?»: le jalonneur s'avance : « c'est de la connectique humaine, il y a des changements qui fonctionnent, qui ne sont pas réfléchis, imaginés par le peuple; il s'agit aussi de passer du OUI-MAIS au OUI-ET ». Le preneur de vue évoque, quant à lui, la servitude volontaire qui unit l'Homme au système/La Boëtie et la colonisation des imaginaires.

2 constats de société

  • Décalage insupportable entre le niveau d'éducation, de culture des gens et la réponse du système

  • Des jeunes indisponibles car ils ne se reconnaîssent pas dans notre monde adulte/d'adultes, pas connectés à notre réalisme clos et/ou, peut être l'inverse, des adultes qui « réactionnent » aux jeunes tels qu'ils sont : où sont ils vraiment, nous ne sommes pas en mesure de parler pour eux . . . à leur place.

Des idées fusent

  • Pour penser une société du XXIème siècle, poser un texte fondateur, ne faudrait il pas recourir au brainstorming, en se faisant confiance de notre capacité à imaginer au delà de nos conditionnements de pensée respectifs.

  • Le monde est pensé en terme de pénurie, la crise est alors pensée comme un surgissement du réel, l'écologie nous sommant à une démocratie que nous n'avons pas assumé.

  • Dans la société, le système ayant besoin de se créer des ennemis, il y a confrontation entre coopération et compétition : il s'agit alors de définir le niveau d'inégalité.

  • La « culture = conscience » s'oppose à l'économique, la question se pose alors de la valeur d'équivalence entre les gens et de comment, avec du moins faire du plus.

    Autrement dit parler d'esprit à esprit en convoquant le spirituel de la conscience.


Le 5 avril 2011, Thierry




Commentaires